Des personnalités pro-démocratie de Hong Kong seront condamnées au milieu de la répression de la dissidence

Hongkong

Un groupe d’activistes pro-démocratie de Hong Kong, dont le magnat des médias Jimmy Lai, sera condamné vendredi pour avoir organisé ou assisté à des «assemblées non autorisées» lors de manifestations de masse qui ont secoué la ville en 2019.

Au moins certains devraient être condamnés à des peines d’emprisonnement allant jusqu’à cinq ans, un autre coup dur pour le mouvement pro-démocratie de Hong Kong, alors que les autorités s’efforcent d’écraser toutes les formes de dissidence.

Avec Lai, le groupe comprend les militants vétérans Lee Cheuk Yan et «Long Hair» Leung Kwok-hung, l’avocat Martin Lee, 82 ans, largement connu comme le père de la démocratie de Hong Kong, et l’avocat et ancien avocat de 73 ans. le législateur Margaret Ng.

Les peines concernent des condamnations dans deux affaires – l’une liée à une manifestation le 18 août 2019 et l’autre deux semaines plus tard le 31 août.

Lai et Lee Cheuk Yan étaient accusés dans les deux cas. Lai, qui fait face à d’autres accusations, notamment en vertu de la loi sur la sécurité nationale imposée par Pékin l’année dernière, est détenu en détention provisoire depuis la fin de l’année dernière, mais vendredi marquera la première fois qu’il a été condamné.

Ses arrestations répétées et le raid connexe de ses salles de rédaction ont suscité une condamnation internationale. Lee est également confronté à un certain nombre d’autres cas liés aux manifestations cette année et avait précédemment déclaré au Guardian qu’il s’attendait à être emprisonné.

Des dizaines de personnes ont fait la queue pour entrer dans le tribunal de West Kowloon vendredi matin, y compris des diplomates étrangers et d’anciens législateurs de Hong Kong. L’ancienne députée démocrate, Emily Lau, a déclaré au Hong Kong Free Press qu’elle était préoccupée par ses anciens collègues.